Chang Chia-chi parla de bonnes et mauvaises fortunes

■ Le bouddha vivant Lian-sheng, Sheng-yen Lu

■ Discours abstrus sur la délivrance

« Pointer du doigt la Lune »

■ Traduit du chinois par Sandrine Fang

■ Copyright © Sheng-yen Lu ©2017, Éditions Darong

 

Le 6 mai 2012, à 15 heures, dans le

district de Wu-feng, au Centre d’opération

Da-p’in, la présentatrice Chang Chia-ch’i

m’interviewa. Je parlai dans cette interview

de la question de bonnes et de mauvaises

fortunes de la vie. Cette question intéressait

beaucoup les contemporains ; beaucoup

de monde souhaite connaître les

bonnes et les mauvaises fortunes de leur

destin.

Chang Chia-ch’i demanda :

— Quel est l’opinion du révérend

maître Lu sur la bonne et la mauvaise

fortune de la vie ?

Je répondis :

— Il n’y a pas de bonne et de mauvaise

fortune de la vie.

Elle fut grandement surprise. Elle interrogea

:

— Pourquoi ?

Je répondis :

— Par exemple, il n’y a rien sur la

Lune, tout le monde le sait. Sur la Lune,

qu’est-ce que la bienveillance ? Qu’est-ce

que le mal ? Qu’est-ce que la bonne fortune

? Qu’est-ce que la mauvaise fortune ?

Pour l’homme qui est éclairé et qui comprend

le coeur, l’état de l’Éveil n’est que tel.

Chang Chia-ch’i dit :

— Il est effectivement très difficile à

répondre. Pourtant, pour ce qui est de

bonnes et de mauvaises fortunes de la vie,

les gens voudraient bien les connaître.

Je dis :

— Je prends le président A-bien0 F

1

comme exemple : lorsqu’il a été élu président

de la République de Chine, tout le

monde le prenait pour un empereur. C’était

effectivement de la bonne chance et de la

prospérité. Cependant, je considérais son

élection comme un malheur, une décadence.

— Oh !

— D’un coup, il a été poursuivi en

justice pour crime, aujourd’hui il est devenu

un prisonnier. Les gens voient ce fils

de Taïwan devenir un captif, un prisonnier

à perpétuité ; tout le monde a estimé que le

président A-bien se trouvait dans le grand

malheur, la grande décadence. Je considère

pourtant que c’était de la bonne chance, de

la prospérité.

— Oh !

J’expliquai :

— Si c’était moi, si j’étais emprisonné,

les gens penseraient que ce serait pour moi

un grand malheur, une grande décadence,

j’avouerais cependant que ce serait de la

bonne chance, de la prospérité. Car lorsqu’on

est mis en prison, dans une petite

cellule, à perpétuité, c’est le moment le

plus approprié pour tranquilliser son coeur.

Comme lorsque l’on fait une retraite spirituelle,

on pratique le dharma tantrique

tous les jours, on le pratique le matin, on

s’y exerce le soir, on se tranquillise pour la

pratique, on aura à l’avenir une lumière qui

se répandra partout et mille rayons énergiques

de bon augure. C’est l’emprisonnement

qui donne lieu à cette réalisation

par la retraite. On ne se soucie pas de

manger, ni de dormir, on peut y prendre sa

résolution, ne serait-ce pas de la bonne

chance et de la prospérité ?

Je continuai :

— Lorsque A-bien était le président de

la République, c’était apparemment une

bonne fortune, c’était pourtant, intérieurement,

une mauvaise fortune. Il est devenu

un prisonnier au bas des marches, c’était

apparemment une mauvaise fortune, c’était

pourtant, intérieurement, une bonne fortune.

Je dis :

— Qu’est-ce qui est de la bonne

fortune ? Qu’est-ce qui est de la mauvaise

fortune ? La mauvaise fortune contient une

bonne fortune, la bonne fortune contient

une mauvaise fortune ; celle-ci et celle-là se

lient ensemble comme des frères. Tout le

monde estimait que c’était un heureux événement,

je considérais que c’était un malheur

; les gens pensaient que c’était un

malheur, je voyais que c’était un heureux

événement. Dans l’état de l’Éveil, les bonnes

et mauvaises fortunes de la vie n’existent

pas du tout.

Je dis encore :

La bonne fortune équivaut à la mauvaise

fortune.

La mauvaise fortune équivaut à la

bonne fortune.

La pie ne procure pas la joie.

Le corbeau ne procure pas le malheur.

Aux yeux de tous, l’empereur Wu-ti1F

2de

la dynastie des Han antérieurs2F

3 combattait

au sud et guerroyait au nord, ses exploits

étaient glorieux, ses oeuvres étaient considérables,

c’était à la fois une bonne fortune

et la joie.

À mes yeux, l’empereur Wu-ti tuait

partout les gens dont le sang soulait à flots,

c’était à la fois un malheur et la décadence.

Je modifie le nom d’Heureux Gengis

Khân en Malheureux Gengis Khân.

Les gens estiment quelqu’un comme

un héros, je le considère comme un chien.

Les gens estiment quelqu’un comme

un chien, je le considère comme un héros.

Les disciples des patriarches fondateurs

Sont comme des montagnes qui se

dressent à pic ;

La Loi juste est exactement en train

de se répandre,

Elle coupe court aux illusions dans

les dix orientations.

Y a-t-il encore les soi-disant bonnes et

mauvaises fortunes ?

L’an 2012 était l’année du Dragon

d’eau, beaucoup de gens tentaient de toutes

leurs forces d’avoir un garçon-dragon ou

une fille-dragon, en estimant que le dragon

était de la bonne fortune. Cependant, ils ne

savaient pas que ce dragon était un mauvais

dragon, il était inévitable d’engendrer

un fils féroce ou une fille atroce. Hélas !

C’était faux !

 

1 M. Chen Shui-bien, l’ancien président de la

République de Chine (2000-2008).

2 Han Wu-ti, 156-87 avant J.-C.

3 Han occidentaux ou Han antérieurs, 206 avant J.-

C.-9 après J.-C.

 

2022年功德主方案 
點此入內 線上刷卡
(單位:美金)

  下載迴向報名專用表 

迴向報名表填完之後請傳送E-mail: Email住址會使用灌水程式保護機制。你需要啟動Javascript才能觀看它

燃燈paypal註冊的信箱是Email住址會使用灌水程式保護機制。你需要啟動Javascript才能觀看它 敬請同門善信大德注意,以免無法收款!謝謝!

 

「隨喜贊助」、廣告刊登等,請參考下方。


點選「隨喜贊助」進入PayPal 線上信用卡贊助網頁,填寫數量即是您的贊助金額!

 

   

◆其他贊助方法:劃撥、匯票、支票及國外匯款

聯絡我們:

投稿專用E-mail:Email住址會使用灌水程式保護機制。你需要啟動Javascript才能觀看它

電話:886-49-2312992 分機 362

傳真:886-49-2350140
迴向報名表傳送E-mail:Email住址會使用灌水程式保護機制。你需要啟動Javascript才能觀看它

 

贊助索閱一年24期紙本雜誌、變更郵寄地址、或 參加「功德主方案

請洽分機 367

 ◆刊登全彩廣告/賀詞/請佛住世詞,下載廣告確認單。

請洽分機 368